Soutien au Musée du sel de MARSAL

Plantes halophiles de Lorraine

La salicorne continentale de Lorraine

Témoin des sols salins de Lorraine la salicorne, prend racine dans les anciennes mares ou résurgences salées du Saulnois, bien représentée sur les bords de la Seille, elle pousse aussi dans le vallon de Roanne ainsi que sur les anciens bassins de décantation des soudières du Val de Meurthe.

C’est dans la vallée de la Seille oú, 300 ha de prairies halophiles et 20 ha de mares salées sont les plus remarquables. La salicorne bénéficiant d’une protection dans les pays du Saulnois est interdite à la cueillette.

Dans ces zones humides  chargées en sel, se développe une végétation
spécifique, marquée à l'automne par les taches rouges de la Salicorne, on y trouve aussi le Troscart maritime, l'Aster maritime, le Jonc de Gérard,  la Spergulaire maritime.


                                
La salicorne appartient à la famille des Chenopodiacées, c’est une plante annuelle à segments charnus sans feuille sans corolle, d’une vingtaine de cm de hauteur, elle est  comestible.

Du latin salicornia «sal» signifiant sel et «cornu» corne, comme ses rameaux cylindriques emboîtés les uns dans les autres.

Ses rameaux contiennent du chlorure de sodium, mais également de l’iode, du calcium et de la vitamine C, ils deviennent rouges en fin d’été puis se dessèchent.
Deux espèces poussent en Lorraine :
   Salicornia ramosissima  -  Salicornia emérici
Cette « corne de sel à rameaux » est dite halophile ou halophyte car elle a besoin d’une forte concentration en chlorure de sodium pour vivre, elle pousse donc exclusivement sur les bords du littoral et les lieux salés en Lorraine.
Au-delà d'un seuil d’eau douce trop important elle peut même se dessécher comme dans un désert, c’est le phénomène de pression osmotique.

Sur le plan industriel on la récoltait autrefois avec le varech (algues) du bord de mer et après leur combustion, on obtenait des cendres : « le marc de soude », la salicorne jouera un rôle important pour l'élaboration du savon et du verre ainsi que pour dégraisser les étoffes jusqu’en 1789. 
Cette fabrication fut abandonnée lorsque le procédé Nicolas LEBLANC permit de transformer la soude directement à partir de l’eau de mer.
A l’origine de la fabrication de tous les savons liquides ou solides, la soude sert pour la saponification, une réaction chimique sur un corps gras permettant la synthèse du savon.

Dans certains pays, on utilise encore ces plantes halophytes pour produire la soude végétale, elle entre toujours dans la composition du savon d'Alep élaboré à partir d’huiles végétales d’olives et de lauriers.
Pour le verre, son utilité sert à abaisser le point de fusion, augmenter son éclat
et sa résistance aux agents atmosphériques ainsi que son coefficient de
dilatation.
En matière thérapeutique, la salicorne est diurétique et riche en vitamine C, une particularité qui explique son emploi par les marins du XIXe siècle pour lutter contre le scorbut.
Nos anciens lui prêtaient la vertu de dissoudre les calculs rénaux d’où son surnom en Lorraine de « passe pierre » ou « pousse pierre ».
La salicorne en marinade posséderait aussi des qualités contre le cholestérol.
Sous sa forme culinaire sa consommation connaît aujourd’hui un regain
d’intérêt car la salicorne profite d’une image de produit naturel et original qui
s’utilise en condiment ou en légume.
On peut l’incorporer dans la soupe de poissons ou dans la moutarde, elle surprendra vos papilles pour son arôme délicieusement acidulé et subtilement iodé.
Elle se récolte essentiellement en mai/juin lorsque les pousses sont tendres et que les brins ne contiennent pas encore la partie lignifiée qui la rend impropre à la consommation, ses rameaux, à ce stade, se consomment crus en salade ou encore cuits, comme des haricots verts. Préparée sous forme de condiment appelé aussi "haricots de mer", la
plante accompagne avantageusement  les viandes froides, les charcuteries, les crudités et aussi coquillages et poissons.
Elle se prépare et se conserve comme les cornichons. Il suffit de placer les brins dans du vinaigre auquel on ajoute du poivre en grain, du thym, du laurier et des clous de girofle.


Salicorne rougissante et spergulaire salina 2 plantes
indissociables 
 des résurgences salées du val de Roanne en Lorraine
db2014